Aller au contenu

Le management bienveillant comme levier de performance

management bienveillant

Le management bienveillant ne valorise pas l’autorité mais l’équipe. Un manager bienveillant centre ses efforts sur la réussite de son équipe.

De plus en plus de chefs d’entreprise ou de managers l’adoptent pour un réel épanouissement des collaborateurs au travail.

Mais de quoi s’agit-il exactement ? Qu’est-ce qui se cache derrière la notion de « management bienveillant » ? Comment devenir un manager bienveillant ? Quelles sont les bonnes pratiques à mettre en place pour être bienveillant au travail ? Les réponses dans cet article.

Qu’est-ce que le management bienveillant ?

Le management bienveillant est avant tout quelque chose de profondément humain. Il consiste à accompagner les salariés, en basant la relation de travail sur la confiance. Le manager bienveillant accompagne ses collaborateurs en adoptant une attitude sincèrement positive à leur égard.

Ce concept, principalement basé sur le respect et l’écoute, permet ainsi de remettre « l’humain » au coeur du milieu professionnel.

Nos besoins et attentes évoluent et avec le stress que l’on subit au quotidien et qui risque de nuire à notre bien-être personnel et professionnel, le management par la bienveillance résonne plus que jamais en bon nombre d’entre nous.

Ce style de management comme le management participatif est une solution efficace pour une meilleure qualité de vie au travail. Il offre de réels bénéfices aussi bien pour les salariés que pour les chefs d’entreprise.

Qu’est-ce que la bienveillance ?

La « Bienveillance » est la capacité à veiller à ce que les autres aillent bien, à prendre en considération les besoins de chacun, tout en agissant avec attention et respect.

Être bienveillant, c’est donc avoir la volonté de viser le bonheur et le bien d’autrui, que ce soit dans la vie personnelle ou professionnelle. La bienveillance va de pair avec d’autres qualités comme l’indulgence, la générosité et la gentillesse.

Comment la cultiver ?

La bienveillance est une qualité humaine innée, elle est donc présente en chacun de nous et se développe chaque jour malgré le fait que parfois, elle peut être parasitée par des pratiques toxiques selon les professionnels en développement personnel et les spécialistes en QVT (qualité de vie au travail).

Elle se traduit et se cultive à travers quelques règles de base :

  • Être bienveillant envers soi-même pour pouvoir l’être avec autrui (c’est la règle n°1)
  • Toujours adopter une attitude positive et constructive à la fois dans ses relations interpersonnelles
  • Faire preuve de compréhension et d’attention
  • Valoriser son interlocuteur afin qu’il ne se sente ni rabaissé ni agressé
  • S’abstenir de juger…

Comment favoriser un management bienveillant ?

Les managers ont pensé à tort, pendant longtemps, que le fait d’être strict et dur permet à leur équipe de mieux travailler, et donc à l’entreprise de gagner en performance et en productivité. Bien que ce genre de comportement au travail permette d’obtenir des résultats à court terme, le cas n’est pas le même sur le long terme.

De nombreuses études ont prouvé que la peur, le stress et la pression rendent les salariés moins productifs et moins créatifs, et ont donc des impacts négatifs sur la santé financière de n’importe quelle entreprise. C’est là que le management bienveillant trouve toute sa raison d’exister.

Mais comment être bienveillant au travail ?

Veiller à ce que les collaborateurs aillent bien, c’est le principe fondamental du management bienveillant. Le manager qui souhaite adopter ce concept peut alors commencer par de petits gestes au quotidien :

  • Dire bonjour à ses collaborateurs le matin
  • Leur demander comment ils vont
  • Les remercier et les féliciter quand il le faut
  • Accorder une importance à leur opinion par rapport à sa façon de manager afin de l’améliorer si besoin
  • Prendre en considération les retours, qu’ils soient positifs ou négatifs
  • Rassurer son équipe en toutes circonstances (surtout en période de crise et à distance)

VOUS AIMEREZ LIRE AUSSI : Management à distance : adaptation et bonnes pratiques

7 conseils pour devenir un véritable manager bienveillant

Être bienveillant au travail, c’est avant tout se soucier du bien-être au travail de son équipe, mettre l’humain au cœur de toutes les décisions que l’on pourrait prendre. L’une des plus grandes satisfactions d’un manager bienveillant est que son équipe se porte bien. Il veut être source de bien-être et non d’angoisse ou de stress.

La bienveillance au travail est une démarche qui nécessite une gentillesse sincère. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles le concept est souvent critiqué, décrié et caricaturé dans le monde professionnel.

Cependant, cette démarche qui part d’un fond « gentil » ne tombe pas dans la notion de naïveté et ce n’est pas pour rien si beaucoup d’entreprises et de managers l’adoptent, tout en obtenant de bons résultats.

En effet, les entreprises qui ont décidé d’utiliser la bienveillance au travail gagnent en productivité et connaissent des progressions importantes en termes de chiffre d’affaires. Elle constitue donc une démarche rentable et bénéfique, aussi bien pour l’entreprise que pour ses collaborateurs.

Être bien dans ses baskets pour être bienveillant

La bienveillance est liée au bien-être. Les neurosciences et la psychologie rappellent d’ailleurs que « notre cerveau est piloté par les émotions bien plus que par la raison ».

Une humeur positive a plus de chance d’attirer des situations et des relations positives.

Le préalable est donc de faire le plein de joie de vivre et de savoir prendre du recul, en s’octroyant des temps de repos ou de plaisir pour se préserver.

Matthieu Poirot

Donner du sens au travail de ses collaborateurs

Donner du sens aux différentes tâches quotidiennes de ses collaborateurs : c’est le premier rôle d’un manager bienveillant.

Il doit montrer à ses équipes que chacune des missions quotidiennes est utile et a une finalité. Il doit également leur montrer que l’accomplissement d’une tâche importante fait partie des différents paramètres qui contribuent à la valorisation de leur savoir-faire, mais aussi à leur développement personnel.

Fixer des objectifs clairs, tout en restant souple

Il s’agit, ici, de favoriser la motivation des collaborateurs, en leur présentant des objectifs stimulants et ambitieux qu’ils peuvent atteindre. Le manager bienveillant pourra, par exemple, adopter la méthode SMART (de Peter Drucker, un consultant américain en management d’entreprise).

C’est l’une des meilleures techniques pour définir les objectifs, tout en optimisant les chances de réussite d’un projet. Elle est basée sur les cinq critères suivants : Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalistes et Temporellement définis.

Rester honnête et transparent

L’honnêteté et la transparence devront être les maîtres mots qui guident le management bienveillant dans l’accomplissement de son rôle.

Il ne doit rien cacher à ses collaborateurs et ne doit pas hésiter à leur en parler en cas de nouveautés ou de changements importants au sein de l’entreprise. Il est primordial que cette valeur soit ancrée dans la culture de l’entreprise.

Reconnaître les réussites

Certains managers ont l’habitude de faire des remarques uniquement quand quelque chose ne va pas. Le manager bienveillant, lui, doit faire preuve de reconnaissance. Il doit savoir encourager son équipe, complimenter quelqu’un pour son travail et féliciter ses collaborateurs quand cela est nécessaire afin qu’ils puissent rester motivés.

Être disponible et à l’écoute

La disponibilité et l’écoute font partie des points importants lorsqu’il s’agit de management bienveillant.

Le manager bienveillant doit être présent et accorder du temps à son équipe. Il se doit également de leur accorder une écoute attentive et leur donner l’opportunité de s’exprimer, tout en faisant preuve d’empathie.

Sa véritable valeur ajoutée n’est pas de dire ce qu’il faut faire, mais d’amener chacun à prendre du recul sur sa façon de faire

–  Matthieu Poirot, fondateur de Midori Consulting et auteur du livre Développez votre leadership positif !

Faire preuve de patience et savoir faire confiance

Le management par la bienveillance est un travail de tous les jours. C’est une démarche qui demande beaucoup de patience.

Pour améliorer la qualité de vie de ses collaborateurs, il est également primordial de leur faire confiance. Le manager bienveillant doit donner de l’autonomie à ses collaborateurs afin qu’ils puissent laisser leur créativité s’exprimer.

Les avantages du management bienveillant

Avec l’évolution des relations hiérarchiques en entreprise, terminé le temps des objectifs inatteignables, des sanctions et des pressions sans fin. Aujourd’hui, l’heure est effectivement à la gratitude et au zéro stress au travail afin d’optimiser la performance des salariés.

Le management bienveillant constitue un levier de performance lorsqu’il est pratiqué de manière efficace. Il faut savoir qu’en entreprise, la bienveillance entraîne la gratitude des collaborateurs envers leur hiérarchie. Ce genre de sentiment les incitera naturellement à travailler mieux, mais aussi à se dépasser.

Lorsque le manager ne complimente les salariés qu’au compte-gouttes et ne leur donne aucune perspective d’évolution, ceux-ci vont se demander à quoi cela leur sert de bien réaliser leurs missions au sein de l’entreprise étant donné qu’ils n’obtiennent aucune reconnaissance en contrepartie.

Un tel climat négatif en entreprise ne peut amener que du stress et de la mauvaise humeur et les collaborateurs deviennent moins efficaces. Ils pourraient même se désintéresser totalement de la qualité de leur travail et pourront même voir leur santé et leur vie personnelle affectées.

À l’inverse, plus les collaborateurs se sentent valorisés et reconnus, plus ils auront envie de bien faire leur travail, et ce, en cultivant des émotions positives. Ils vont alors faire preuve d’esprit d’initiative et de créativité. Ils deviendront plus compétents et le taux d’absentéisme au travail se verra à la baisse.

Les avantages du management bienveillant sont multiples, c’est un dispositif gagnant-gagnant. Le manager qui agit de façon positive envers ses collaborateurs se sentira moins stressé et beaucoup plus heureux dans l’accomplissement de son rôle.

Les salariés, de leur côté, obtiennent de la satisfaction dans la réalisation des tâches qui leur sont confiées. Ils s’investiront pleinement pour faire fonctionner l’entreprise.

VOUS AIMEREZ LIRE AUSSI : Stress au travail : le management est-il source ou solution ?

Les limites du management bienveillant

Une quête incessante vers le bonheur au travail peut aussi amener vers l’épuisement professionnel ou burnout.

Des collaborateurs engagés peuvent en souffrir involontairement. À être trop présent et investi dans leur travail, certaines personnes perdent le nord.

Le management bienveillant peut ainsi tourner au vinaigre.

Pour un manager mal formé, la bienveillance peut devenir un frein. Les impacts peuvent être :

  • Mentir pour éviter la confrontation,
  • Manquer de sincérité,
  • S’immiscer dans la vie privée des salariés,
  • Devenir paternaliste,
  • Être en proie au laxisme,
  • Être trop naïf,
  • Se laisser aller à la manipulation…

Se former au management bienveillant

Si vous ètes convaincus par les bienfaits de la bienveillance dans votre entreprise et sur sa productivité une formation en management bienveillant va vous y aider.

Que vous soyez responsable d’un service ou dirigeant, vous pouvez vous manager dans la bienveillance avec les bonnes pratiques.

Un management bienveillant doit construire une équipe bienveillante qui valorise l’épanouissement de l’individu et de l’équipe.

 

Adopter un management bienveillant doit être réfléchi pour ne pas tomber dans le piège d’en fait trop et de nourrir un trop excès de « travailler moins pour mieux vivre ». L’humain est de plus en plus la priorité de l’entreprise. Le management bienveillant va dans ce sens et nécessite des managers bien préparés.

 

Articles Similaires

Laisser un commentaire