Aller au contenu
rapport rse

Rapport RSE : démarche éco-responsable de votre entreprise

Avec la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) les sociétés ont dû changer leurs habitudes de fonctionnement. Dorénavant, elles doivent même remplir un rapport RSE afin de rendre compte de leurs actions et résultats. 

Ce reporting revêt une importance conséquente puisqu’il offre transparence et crédibilité aux entreprises qui le rédigent.

Qu’est-ce que le rapport RSE ? A qui s’adresse-t-il ? Pourquoi et comment le produire ? Factorial fait le point dans cet article.

Qu’est-ce que le rapport RSE ?

Le rapport RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) est un document périodique (souvent annuel) dans lequel une entreprise communique ses actions et ses performances sociétales, sociales et environnementales.

Publique, ce reporting compile toutes les informations sur les actions réalisées par une société dans un contexte de développement durable.

Depuis 2019, il porte le nom de déclaration de performance extra-financière et est devenu obligatoire pour certaines entreprises. 

À qui s’adresse le rapport RSE ?

En France et depuis les lois Grenelle II de 2010, certaines entreprises ont l’obligation de présenter un rapport RSE annuel. 

Sont concernés les organisations cotées en bourse, possédant un chiffre d’affaires supérieur à 100 millions d’euros et/ou avec plus de 500 employés.

Le reporting RSE ou rapport extra financier s’adresse aux parties prenantes de l’entreprise que l’on peut identifier en plusieurs catégories :

  • Les actionnaires ;
  • Les salariés ;
  • Les fournisseurs ;
  • Les pouvoirs publics  ;
  • Les citoyens ;
  • Le syndicats ;
  • Les ONG.

Ainsi, le rapport RSE concerne tout un tas d’intervenants qui interagissent avec l’entreprise et qui peuvent être affectées de manière positive ou négative par leurs activités. Voyons comment il est mis en oeuvre.

Que doit contenir le rapport RSE ?

Le rapport Responsabilité Sociétale des Entreprises obligatoire doit contenir certaines informations. Il doit suivre notamment les 3 piliers de la norme ISO 26000 à savoir la catégorie sociale, la catégorie économique et la catégorie sociétale.

La catégorie sociale

  • L’emploi : Effectif, répartition des employés par sexe, par âge et par zone géographique, embauches et licenciements, rémunération… ;
  • L’organisation du travail : Organisation du temps de travail, absentéisme… ;
  • Les relations sociales : Dialogue social (procédures d’information et de consultation du personnel), bilan des accords collectifs… ;
  • La santé et la sécurité : Santé et sécurité au travail, accidents de travail, maladies professionnelles, accords avec le personnel et les syndicats.. ;
  • La formation : Actions réalisées en termes de formation, nombre total d’heures de formation ;
  • La diversité et l’égalité des chances : Politique et mesures en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes, de l’emploi et de l’insertion des personnes handicapées mais également en faveur de la lutte contre les discriminations ;
  • La promotion et le respect des conventions fondamentales de l’OIT : Respect de la liberté d’association et du droit de négociation collective, élimination du travail forcé ou obligatoire et effective du travail des enfants. 

La catégorie économique 

  • L’impact territorial, économique et social de l’activité de l’entreprise : Emploi et développement régional auprès des populations riveraines ou locales ;
  • Les relations entretenues avec les personnes ou organisations intéressées par la ou les activités de l’entreprise : Conditions de dialogue, actions de partenariat ou de mécénat ;
  • La sous-traitance et les fournisseurs : Prise en compte des enjeux sociaux et environnementaux, responsabilité sociale et environnementale dans les relations avec les fournisseurs et les sous-traitant ;
  • La loyauté des pratiques : Actions pour prévenir la corruption, mesures pour la santé et la sécurité des consommateurs ;
  • Les droits de l’Homme : Mesures en faveur des droits de l’homme.

La catégorie environnement

  • La politique générale en matière environnementale : Prise en compte par l’entreprise des questions environnementales, actions de formation et d’information des salariés, prévention des risques environnementaux et des pollutions… ;
  • La pollution et la gestion des déchets : Les mesures de prévention, de réduction ou de réparation de rejets polluants, mesures de prévention, de recyclage et d’élimination des déchets, réduction des nuisances sonores et de toute autre forme de pollution spécifique à une activité, relations vertueuses avec les fournisseurs… ; 
  • L’utilisation durable des ressources : Consommation d’eau et approvisionnement responsable, consommation éthique et raisonnée de matières premières, amélioration de l’efficacité énergétique, recours aux énergies renouvelables, utilisation des sols… ;
  • Le changement climatique : Rejets de gaz à effet de serre, adaptation aux conséquences du changement climatique ;
  • La protection de la biodiversité : Toutes les mesures prises pour développer la biodiversité.

Pourquoi faire un rapport RSE ?

Si la mise en place d’une politique RSE apporte de nombreux avantages, l’objectif premier d’un rapport RSE est de rendre transparentes les activités d’une entreprise en matière de responsabilité sociale et sociétale. Elle apporte de nombreux bénéfice tant pour votre entreprise que pour les parties prenantes. Même la Commission européenne a ses politiques et lignes directrices en matière de RSE.

Pour votre entreprise

Les entreprises ont un rôle à jouer dans les enjeux du développement durable. Comme nous le précisions plus haut, pour quelques entreprises, le rapport RSE est une obligation légale. La question du pourquoi n’a pas vraiment de sens mais il faut savoir que ce type de reporting présente certains avantages pour votre société.

Dans un premier temps, cette déclaration de performance extra-financière vous permet de mesurer les conséquences de vos activités sur leur environnement, sur la société et sur l’écosystème économique. Si votre impact est néfaste, vous pourrez aisément rectifier le tir et mettre en place les actions adéquates.

Aussi, ce rapport vous permet de réaliser des économies en réduisant vos consommation et  coûts de fonctionnement. Prendre conscience de vos écarts vous aide à améliorer vos performances.

Qui plus est, il faut savoir qu’une politique RSE de qualité améliore considérablement votre image de marque. Être une entreprise responsable a le vent en poupe.

Enfin, grâce au rapport RSE, vous pourrez mettre en place de nouvelles mesures pour être en accord avec les enjeux sociétaux et environnementaux.

Pour vos collaborateurs

En plus de redorer votre image de marque, le rapport RSE peut vous permettre d’améliorer votre image auprès de vos salariés.

En effet, le simple fait d’être concerné par les différents sujets environnementaux a un impact positif sur vos collaborateurs. Ils prennent connaissance de vos engagements et des actions que vous menez pour vous perfectionner.

Ainsi, grâce à votre politique RSE, la motivation de vos employés et leur sentiment d’appartenance à votre entreprise sont décuplés. 

Le rapport RSE vous offre la possibilité d’octroyer de meilleures conditions de travail à vos salariés et de conserver les meilleurs talents.

Pour vos clients

Avec un rapport RSE, l’entreprise est transparente vis-à-vis de ses clients et consommateurs par rapport à la façon dont le produit et ses services sont conçus. 

Ils ont accès aux informations de votre société et peuvent mesurer l’impact social et environnemental de ce que vous produisez.

Cela vous oblige donc à réduire votre impact tandis que le client peut réaliser un achat responsable. C’est du gagnant-gagnant. 

Il en va de même avec vos fournisseurs. Choisissez les bons élèves et insistez sur votre démarche environnementale. Faites de la communication responsable votre force.

Pour vos investisseurs

Aujourd’hui, les investisseurs consultent le rapport RSE avant de collaborer avec une entreprise, surtout ceux qui accordent une importance particulière aux questions environnementales.

Le reporting RSE est un moyen efficace pour les investisseurs de minimiser les risques. Cela leur permet d’avoir une visibilité sur les réels engagements de l’entreprise. 

D’ailleurs, il arrive fréquemment qu’ils fassent appel à des agences externes, spécialisées dans l’extra-financier, pour analyser ce rapport plus en profondeur.

Le rapport RSE est une preuve tangible et concrète de vos engagements environnementaux. Il vous aidera à attirer de nouveaux investisseurs et à conserver ceux qui vous font déjà confiance. 

Comment faire un rapport RSE ?

L’avantage du rapport RSE, c’est qu’il peut être personnalisable et façonné à votre image. S’il existe certaines informations qui doivent absolument y figurer, quelques pistes peuvent vous aider à le réaliser.

‍Pensez à la norme ISO 26000

Le rapport Responsabilité Sociétale des Entreprises obligatoire doit contenir les informations relatives aux 3 piliers de la norme ISO 26000. On pense donc ici au pilier social, au pilier économique et au pilier environnemental. 

Ils doivent obligatoirement figurer dans votre rapport donc n’oubliez pas de les détailler dans votre rapport. L’objectif est d’indiquer vos actions et les mesures prises par votre entreprise dans sa démarche responsable.

N’oubliez pas le bilan carbone

Il peut être très intéressant d’inclure un bilan carbone dans votre reporting RSE. En effet, cela vous offre la possibilité de renforcer votre image de marque, surtout si vos émissions directes et indirectes de gaz à effet de serre sont moindres ou en baisse. 

Vous possédez ainsi un avantage concurrentiel non-négligeable. Clients, consommateurs et investisseurs peuvent ainsi prendre connaissance de vos performances énergétiques et vous choisir.

Faites-vous plaisir sur la mise en page

Un rapport RSE peut parfois être très indigeste à lire. Évitez les pavés de texte et pensez à soigner la mise en page.

Pour que vos données aient plus de valeur, mettez-les en forme. Infographies, schémas, informations en gras et/ou en couleur… à vous de proposer un document facile à parcourir.

Qui plus est, un document avec une mise en page soignée permettra de faire ressortir les informations les plus importantes et donnera envie au lecteur de vous faire confiance.

Favorisez le storytelling

Il n’y a pas de belles histoires sans un bon compteur ! Pour votre rapport RSE, faites place au storytelling et construisez-le comme une aventure.

Exposez la situation initiale, parlez d’éléments déclencheurs et des actions réalisées par vos équipes, expliquez comment vous avez dû franchir certains obstacles et faire face à des imprévues… bref, faites voyager le lecteur. 

Attention cependant à ne pas trop en faire et à rester honnête. Rien de tel qu’un greenwashing pour faire du tort à votre entreprise.

Faites participer les clients et collaborateurs 

Et pourquoi ne pas donner la parole à vos clients et collaborateurs satisfaits ? Ils sont les mieux placés pour témoigner de vos engagements environnementaux et de vos performances écologiques.

Testimonials, commentaires, interviews… n’hésitez pas à faire participer vos parties prenantes pour donner encore plus de consistance à votre rapport RSE.

Soyez créatif et innovant

Afin d’embarquer le lecteur, jouez la carte de l’originalité. En plus d’une mise en page attractive et soignée, élaborez un rapport RSE innovant et sortant des sentiers battus.

Faites preuve de créativité et produisez des contenus originaux. Vidéos, site Internet, images… mettez de la couleur et du digital dans votre reporting.

 

Ne l’oubliez pas : nombreux sont ceux qui peuvent avoir accès à ce document, collaborateurs, clients comme investisseurs. Autant proposer un rapport attrayant et agréable à consulter.

 

Une plume affinée, des heures de recherche, toujours à l'affût de nouvelles idées, des connaissances tout-terrain... Plus qu'un métier la rédaction est une passion.

Articles Similaires

Vous avez une question ou un commentaire à faire ? Partagez vos idées avec notre communauté RH!

Rejoignez une communauté faite par et pour les professionnels RH.